Le judo est dirigé par un code moral. Véritable fondement du Judo, ce code résume tout la philosophie de cette discipline, qui en dehors d'être un art martial, un sport olympique, est aussi une véritable école de la vie.

 

La politesse :

C'est le respect d'autrui : quelle que soit sa valeur ou sa faiblesse, au travers de gestes et d'attitudes et ce, en conservant son authenticité et sa sincérité. La cérémonie, l'étiquette font partie de l'extériorisation de la politesse. La politesse est ainsi étroitement lié au respect.

Le respect :

C'est la qualité qui permet d'être toujours attentif aux autres.
C'est ce qui pousse à aider son prochain.
Entraide et prospérité mutuelles traduisent parfaitement cette disposition d'esprit.
C'est le respect des autres, le souci de les honorer, de ne pas causer de troubles ou de peines inutiles, qui conduit à développer la courtoisie et la politesse.

Sans respect, aucune confiance ne peut naître et donc l'amitié ne peut exister.

L'amitié :

C'est le plus pur des sentiments humains : c'est aussi la fidélité et de loyauté envers ceux qui méritent la confiance. Mais il faut être aussi honnête avec eux pour mériter le titre d'ami.

La sincérité:

Le mensonge et l'équivoque sont également considérés comme de la lâcheté. Sans la véracité et la sincérité, la politesse n'est que simulation. La parole donnée doit être une garantie suffisante. La véracité est liée au sens de l'honneur.

L'honneur :

Le sens de l'honneur passe par le respect de soi-même et des autres. C'est savoir être digne, avoir une grandeur d'âme et conserver l'estime de soi-même. L'honneur est attaché à la manière d'être avec les autres. Il est important de garder l'estime de soi mais en restant modeste car nous avons tous un maître.

La modestie :

C'est parler de soi même sans orgueil, ne pas se vanter tout en restant courageux face à l'adversité et humble face à la défaite.

Le courage :

C'est l'esprit d'audace et de détermination. C'est faire ce qui est juste dans la sérénité et la lucidité en conservant la maîtrise de soi. C'est l'aisance dans le danger, donc l'absence de peur. Le courage implique le contrôle de soi, car sans contrôle, nous restons dans l'instinct.

Le contrôle de soi :

C'est savoir dominer ses pulsions. C'est savoir se maîtriser physiquement et moralement. C'est aussi savoir accepter la défaite avec honneur et honorer son adversaire vaincu.

Les valeurs complémentaires :

Le meilleur emploi de l’énergie
Dans sa pratique le judoka est à la recherche du meilleur emploi de l’énergie physique et mentale. Ce principe suggère l’application à tout problème de la solution la plus pertinente : agir juste au bon moment, utiliser la force et les intentions du partenaire contre lui-même.
Il incite à une recherche constante et dynamique de perfection.

Entraide et Prospérité mutuelle
En Judo, les progrès individuels passent par l’entraide et par l’union de notre force et de celle des autres.
La présence du partenaire, du groupe est nécessaire et bénéfique à la progression de chacun.

Le grade du judoka est représenté par une triple valeur :
« SHIN », correspondant à la valeur morale,
« GHI », valeur technique,
« TAI », valeur corporelle.
Le « SHIN », cité en premier, donne seul le sens aux deux autres.

Toutes les Ceintures Noires doivent essayer d'appliquer ces principes, notamment tous les dirigeants et enseignants, et particulièrement les membres de la Commission chargée des Grades.
Condensé du BUSHIDO, code d'honneur et de morale traditionnel, le grade en Budo représente une triple valeur : "SHIN", caractère valeur morale, "GHI", valeur technique, "TAI", valeur corporelle. "SHIN", cité en premier, donne seul le sens aux deux autres.
Chaque ceinture noire est ambassadeur du Budo, responsable par son comportement de la réputation de sa discipline.

___________ __________


Page précédente: Lettre d'informations